Rejoignez moi sur mes réseaux sociaux, et sur ma chaine youtube !

Comment dépasser la peur du regard des autres ?

Améliorez votre communication et apprenez à développez votre réseau !

Comment dépasser la peur du regard des autres ?

Homme finalement débarrassé de sa peur

Comment dépasser la peur du regard des autres ? L’une des peurs à l’origine de nombre de nos frustrations et probablement l’une des plus solidement ancrée dans notre cerveau, car des plus anciennes. 

Bonjour à vous chers lecteurs ! Aujourd’hui on s’intéresse à la peur du regard des autres. Cet article est la “seconde partie” de celui que j’ai publié la semaine dernière sur l’origine de la peur du regard des autres. Je vous recommande fortement d’y jeter un oeil avant de commencer celui ci, car j’y ferai souvent référence 😉 .

Après avoir vu les différentes raisons qui font que l’on a peur du regard des autres – notre passé de chasseur-cueilleur, la preuve sociale et la société de consommation -, il est temps de rentrer dans le vif du sujet. Comment dépasser cette peur ? Si connaitre l’origine et le fonctionnement d’un problème est selon moi nécessaire à sa résolution, les conseils pratiques le sont également. 

Vous êtes prêts ? C’est parti !

 

Comprendre nos émotions et réactions irrationnelles

 

Il est évident qu’aujourd’hui, vous faire exclure d’un groupe (voir cet article pour plus de détails) ne va pas mener à votre mort. En tous cas, pas dans les jours voire heures qui suivent… Ce sentiment reste toutefois inconfortable et vous fait vous sentir mal. Un sentiment de solitude s’installe. Vous vivez mal les situations sociales avec ce groupe vous ayant rejeté etc. 

Une fois que l’on a pris conscience que c’est notre programmation liée à notre histoire de chasseur cueilleur qui nous pousse à nous sentir mal, que devons-nous faire de ces émotions ? Car ces dernières, elles, sont bien présentes ! Notre cerveau est calibré ainsi, et vivre dans une société relativement sûre n’est que très récent. Nos réactions émotionnelles et irrationnelles ne sont donc pas encore totalement adaptées à ce nouvel environnement. 

Selon moi, il y a 2 attitudes possible à adopter pour dépasser la peur du regard des autres : 

Vaincre nos émotions et/ou les ignorer ?

La première possibilité n’est pas ma préférée, mais elle mérite d’être citée. Si on pose le problème de manière tout à fait rationnelle, on se rend compte que si un fonctionnement émotionnel est “périmé”, il n’est peut être plus nécessaire d’en tenir compte ? Si notre peur du regard des autres tire son origine d’une réaction pouvant entrainer la vie ou la mort à tout instant, il est évident que ce n’est plus le cas aujourd’hui.

La première solution est donc de ne plus tenir compte de certaines de nos émotions. De considérer que ce “signal d’alarme” présent lorsque l’on vit une situation sociale inconfortable, n’est plus à prendre au sérieux. Qu’est ce que cela signifie exactement ? 

Tout est dans le titre : “vaincre ses émotions / les ignorer”. D’une certaine manière, cela veut dire :

  • Se battre contre soi même
  • Se faire violence et avancer coûte que coûte.

Femme tentant de dépasser sa peur du regard des autres

Pour prendre un cas concret, supposons que votre peur du regard des autres se manifeste le plus fortement lorsque vous devez prendre la parole en public. La méthode “vaincre ses émotions” consiste en le fait de faire en sorte de parler devant un maximum de personnes, là, aujourd’hui ou demain. Organisez une conférence, faites un discours dans le métro, prenez la parole dans un amphithéâtre au prochain cours que vous avez… Tous les moyens sont bons. 

Les résultats apportés par l’utilisation de cette méthode peuvent être très bon et rapides. Le problème selon moi, c’est qu’elle est à double tranchant. Car les résultats peuvent être également très décevants, vous frustrer et mettre fin à toute motivation de dépasser votre peur du regard des autres. 

Comprendre et accepter nos émotions

Cette deuxième méthode est selon moi plus viable et c’est celle que vous devez envisager. Bien sûr, cela dépend de votre personnalité et de votre tempérament. Pour certaines personnes, la stratégie de “combat” peut s’avérer plus efficace. 

En ce qui me concerne, je considère que nos émotions et nos peurs font partie de nous. Elles nous définissent. Mener un combat contre soi-même peut parfois être nécessaire mais doit être fait selon “les règles de l’art”. 

Notre peur du regard des autres est à la base faite pour nous aider. C’est d’ailleurs la raison d’être de toute peur. La peur du danger nous permet(tait) un shoot d’adrénaline pour courir plus vite et semer une bête sauvage ou grimper à un arbre. La peur est un excellent moteur à survie. Celle du regard des autres n’y fait pas exception, comme nous l’avons vu dans l’article de la semaine dernière. Pourquoi donc lutter contre cette peur qui a fait que nous sommes là aujourd’hui ? 

En revanche, il est évident qu’elle nous bride dans nos décisions, actions, désirs etc. Il faut donc l’apprivoiser et la dépasser. Vous connaissez forcément quelqu’un qui a l’audace ou le courage de faire tout ce que vous avez peur de faire.

  • Pourquoi cette personne se lance et pas vous ? 
  • Qu’est ce qui au fond, vous fait peur ? 
  • Comment vous sentez vous lorsque cela se produit ? 
  • Comment vous sentiriez vous si vous osiez sauter le pas ? 

Une fois que l’on connait l’origine de nos peurs et leur fonctionnement, il ne reste plus qu’à entreprendre de petites actions pour les dépasser. C’est ce que l’on va voir un peu plus bas dans cet article. 

Bruler ses navires ou y aller pas à pas….

Ces deux différentes approches m’évoquent fortement l’opposition qu’il y a entre “Brulez ses navires” et résoudre un problème pas à pas. Si vous ne connaissez pas cette première citation, elle fait référence au débarquement des troupes de Agathocle de Syracuse, en Afrique du nord, vers le IVe siècle avant Jésus-Christ.

Lors de son arrivée en Afrique, ce dernier doutait du courage et de la volonté de victoire de ses troupes. À tel point qu’il redoutait que les soldats ne préfèrent envisager la fuite et rentrer en bateau. Par conséquent : il fit brûler tous ses navires, pour ne pas qu’il y ait de retour précoce. De ce fait, “brûler” désigne la volonté de ne pas revenir en arrière. Plutôt, de ne plus avoir le choix, car les seules options des soldats étaient la victoire ou la mort. 

Vaincre ses émotions en entamant des actions extrêmes s’en rapproche. Une fois lancé, il n’y a plus de retour possible. C’est soit le succès, soit l’échec cuisant. Et c’est ce qui me déplait dans cette approche pour dépasser la peur du regard des autres… 

 

 

Dépasser la peur du regard des autres

Vous l’aurez compris, la bonne approche selon moi consiste en le fait de dépasser cette peur. De se dépasser soi même. Prendre conscience de l’existence de cette peur, la comprendre et la rationalisée. Bien entendu, rien de plus difficile que de rationaliser une peur. Par nature, ces dernières sont irrationnelles. Du moins à notre époque. 

Le travail à faire sur soi-même 

La première chose faire est bien entendu un travail sur soi-même. Cette peur nous concerne nous et peu sont les personnes extérieures qui résoudront ce problème à notre place. Dans ma série de 10 vidéos en 10 jours sur le thème de la timidité, la seconde vidéo parle de la “Première question à se poser“…

Rien de vraiment grave de peut arriver 

L’existence même de la peur du regard des autres repose sur la possibilité que nous soyons exclus du groupe. Ce qui était le pire scénario possible à notre époque de chasseur cueilleur). Mais qu’en est il d’aujourd’hui ? 

Parler en public à un diner

Prenons n’importe quelle situation lors de laquelle la peur du regard des autres se manifeste. Imaginons que vous vous apprêtiez à prendre la parole en public. Que vous exprimiez votre opinion dans votre groupe d’amis en soirée ou que vous ayez l’intention d’aller aborder cet(te) inconnu(e) dans un bar. 

La première pensée qui vous traverse l’esprit est probablement quelque chose du genre “Je ne vais pas y arriver, je vais me ramasser et passer pour un/une nul(le). Pire, les gens vont se moquer de moi et peut être même me rabaisser. Je serai considéré comme celui ou celle qui dit ou fait n’importe quoi…”. Est ce type de réflexion vous dit quelque chose ? 😉 

Prenons un instant pour réfléchir à ces différents scénarios. Ou plutôt, attardons nous sur la question suivante : Est ce que ce serait VRAIMENT GRAVE s’ils venaient à se réaliser ? Et oui… Après tout, il n’y a pas mort d’homme. Vous aurez énormément d’autres occasions de parler en public, d’aborder un inconnu ou de donner votre opinion à vos amis. 

Les gens s’en foutent, et oublient vite !

Prenons même le cas inverse, vous est il déjà arrivé de remarquer une personne qui s’est réellement RAMASSÉE lorsqu’elle a pris la parole. Oui ? Au bout de combien de temps êtes vous passés à autre chose ? 5 minutes ? 2 minutes ? 30 secondes peut être ?
Et oui, les gens n’ont que faire de ce que les autres peuvent faire ou n’arrivent pas à faire. En fait, c’est surtout leur propre personne qui les intéresse. Certainement pas la vôtre.

Rien de RÉELLEMENT grave ne peut arriver. Et si le pire scénario que vous imaginiez se réalise, les gens auront oublié au bout de 5 minutes. 

Se conditionner pour avancer 

En plus de penser que la stratégie de “brûler les navires” n’est pas adaptée quand on chercher à dépasser la peur du regard des autres, je suis persuadé que le conditionnement mental joue un rôle de premier plan. 

Plusieurs techniques sont applicables ici et je vous propose d’en voir les plus importantes : 

Connaitre son sujet sur le bout des doigts

Si la peur du regard des autres se traduit en une peur de se planter, de dire n’importe quoi ou de paraitre ridicule, faites en sortes d’être un expert du sujet sur lequel vous parlez. Ça parait bête comme chou hein ? Essayez, et vous verrez. Si vous devez parler en public, donner votre opinion à vos amis ou aborder une inconnue, préparez vous en conséquence. Préparer à fond votre sujet sur lequel vous allez exposer. Ayez des arguments factuels à joindre avec votre opinion. Préparez les différentes phrases d’accroches que vous pourriez dire. 

Pratiquez la pensée positive

J’aime beaucoup Henry Ford et notamment une de ses citations : 

Que vous pensiez en être capable, ou que vous pensiez ne pas l’être, dans les deux cas vous avez raison. 

Henry Ford

Oui, la pensée positive peut faire sourire et fait partie d’un courant de pensée qui n’est pas pris au sérieux par tous…. Mais réfléchissons y un instant. Combien de fois dans votre vie vous êtes vous dit que vous n’alliez par y arriver ? Que vous n’étiez pas fait pour ça ou que ça ne valait même pas le coup d’essayer… 

Au contraire, je suis sûr que lors de certaines occasions, vous étiez tellement convaincu que vous pouviez faire quelque chose que vous l’avez fait. Ça vous a d’ailleurs paru tout à fait naturel et vous ne vous êtes pas posés plus de questions que ça. Ce n’est qu’en y aillant réfléchi à postériori que vous vous êtes rendu compte. Que là où beaucoup ont abandonné ou ne se sont même pas lancé, vous avez réussi. 

Homme ayant dépassé sa peur du regard des autres

Photo by bruce mars on Unsplash

La représentation que vous avez des choses que vous pouvez faire ou ne pas faire détermine grandement votre capacité réelle. Répétez vous que vous en êtes capable. Tous les jours, au petit matin si nécessaire. Remplacez vos pensées négatives par des pensées positives, et dépassez vous ! 

Si d’aventure vous vouliez en lire davantage sur ce sujet qu’est la loi d’attraction, je vous invite à lire cet excellent article

Se jeter à l’eau…

Et oui, qui l’eut cru… Après vous avoir parler de brulage de navire, je continue à donner dans la métaphore et vous proposer le grand saut ! 😀 

Loin de moi l’idée de vous conseiller d’y aller les yeux fermés et de vous jeter à l’eau sans préparer un minimum votre plongeon. Les deux parties précédentes sont d’ailleurs là pour ça. En revanche je vous affirme qu’il ne vous sera pas possible de dépasser votre peur si vous ne vous lancez pas. 

Sans brûler les navires, ce que je trouve judicieux de faire est d’y aller pas à pas.

  • Vous avez peur de donner votre opinion devant un grand groupe de personnes ? Commencez par débattre en petit comité, à deux, trois ou quatre personnes maximums. Testez vous voyez comment vous réagissez, ainsi que comment réagisse les autres.
  • Vous n’imaginez pas pouvoir parler devant un public de 50 personnes sur un sujet précis ? Commencez par le faire devant 10 personnes, ou même pas. 10 personnes. 
  • Vous n’avez aucune idée de comment aborder une inconnue ? Allez demander l’heure à une inconnue. Puis une direction à une autre. Envisagez d’entamer une discussion avec quelqu’un que vous ne connaissez pas du tout. Ça vous parait stupide ? Pourtant en faisant cela, vous décomplexez cette approche des autres. Et vous posez la première pierre de votre confiance en vous. Qui se transformera petit à petit en base solide. 

L’excellent livre de Daren Hardy ; L’effet cumulé est très intéressant en la matière. Comment de petites actions servent des objectifs immenses et permettent de s’en rapprocher chaque jour. Je vous le conseille fortement 😉 

 

 

Conclusion

 

Dépasser la peur du regard des autres ne se fait pas en un jour, mais avec la bonne méthode je suis sûr que vous pouvez y arriver 😉 . Si brûler vos navires peut être un moyen d’y arriver, je vous recommande d’y aller pas à pas. 

Commencez par développer le bon état d’esprit et à vous sur-préparer si vous en ressentez le besoin. Ne sous estimez pas le pouvoir de la pensée positive, vraiment. Il n’y a qu’à regarder à quel point nos pensées négatives nous impactent pour le comprendre. 

Au final, le meilleur conseil reste de se jeter à l’eau. Mais n’y allez pas trop fort. Trempez un orteil, puis le pied entier. Envisagez ensuite de vous mouiller jusqu’au bassin et rendez vous compte à quel point ce n’est pas difficile de s’immerger complètement 😉 . Décidément, j’aime beaucoup les métaphores aujourd’hui. 

 

C’est la fin de cet article. J’espère qu’il vous a plu, et qu’il vous sera utile. N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé. Si vous avez des remarques ou que vous n’êtes pas d’accord, faites le moi savoir ! Le partage et l’échange sont les clés pour avancer ensemble 🙂 !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une réponse

  1. Marie dit :

    Allons tous nous jeter à l’eau eheh !
    Personnellement je préfère aussi la méthode soft, d’y aller petit à petit. Mais c’est lié à mon caractère 🙂 C’est vrai que les gens passent vite à autre chose au final !
    Parfois notre cerveau s’attarde sur des détails insignifiants alors que les personnes autour de nous n’ont même rien remarqué, c’est dingue !
    Merci pour ce tome 2 très inspirant, comme d’habitude 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir gratuitement mon livre "6 techniques pour améliorer votre communication dès aujourd'hui" :)