Comment se faire un réseau à partir de zéro ?

S'épanouir grâce aux compétences relationnelles

Comment se faire un réseau à partir de zéro ?

Un réseau à travers l'Europe

Cette semaine pour marquer le début de la nouvelle année j’ai choisi de vous écrire un article en lien avec mon défi fou : Se faire un réseau à partir de zéro. Si vous n’avez pas encore lu l’article consacré à mon projet, je vous le recommande 😉 . Il me semble important et en lien direct avec le sujet d’aujourd’hui. 

Bon, comme je pense à vous mes chers lecteurs voici un petit résumé rapide.
A partir du 6 janvier prochain, je me rends à Bruxelles pour y effectuer un Volontariat International en Entreprise (VIE). L’occasion pour moi de renouveler l’expérience à l’étranger qui m’avait tant plu en ERASMUS. Je ne connais littéralement personne à Bruxelles. Il est évident que je vais rencontrer du monde de manière “naturelle” grâce à mon travail. Mais comme cela ne me suffit pas (après tout, je publie des articles sur un blog nommé Réussir-Socialement… 😉 ), j’ai décidé de me lancer dans un projet fou. Rencontrer 12 personnes exceptionnelles, les interviewer et poster les interviews sur ce blog. Le tout en 12 mois, le temps de ma mission ! 

Je m’étais engagé à vous en dire plus sur comment je compte m’y prendre pour y arriver. Pour commencer, voici mes meilleurs conseils pour se faire un réseau quand on ne connait personne

 

Ce que vous ne trouverez pas dans cet article

 

Je tiens à préciser que je ne compte pas vous parler de choses que l’on peut trouver un peu partout sur internet. Le sujet de “Comment se faire des amis”, “Comment rencontrer du monde” etc. étant assez populaire, beaucoup d’articles le traitent. Je trouve cependant qu’il y a vraiment à manger et à boire, avec beaucoup de conseils bateaux et qui n’aident pas vraiment à avancer. 

Je ne vais donc pas vous dire de :

  • Faire la conversation avec vos voisins 
  • Aller dans les bars et boites de nuit
  • Proposer des verres à vos collègues de travail 
  • “Rester vous même”

Même si on pourrait s’attarder sérieusement sur chacun des points ci dessus, vous trouverez des milliers d’articles sur le sujet. De plus, il s’agit ici de se créer un réseau, à but professionnel ou non. Il découle plusieurs conséquences à ce type d’objectif, ce qui m’amène à mon premier point. 

 

Définissez clairement vos objectifs

 

Atteindre son objectif

Se faire un réseau oui, mais dans quel but ? Est ce que votre but est de vous faire des amis, pour pouvoir sortir le soir par exemple ? Est ce que vous cherchez à rencontrer une femme/un homme ? Votre but est-il de vous construire un réseau dans un but professionnel, pour trouver des clients par exemple ? 

Mon objectif est de rencontrer et dans la mesure du possible interviewer des personnes exceptionnelles. Par la même occasion, j’espère étoffer mon réseau de contacts au sein de la Capitale Européenne. À des fins professionnelles mais pas seulement. L’une des raisons qui m’a poussé à commencer ce blog est que je suis intimement convaincu de l’importance d’avoir un réseau étendu de connaissances. Cela permet de s’épanouir socialement et d’avoir accès à des ressources que l’on ne peut espérer avoir seul. 

“Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin” nous dit ce célèbre proverbe africain. 

Il tombe sous le sens que la stratégie pour y parvenir va conditionner la réussite (ou non) de mon projet fou. Par exemple, je doute que rencontrer du monde dans les bars (non pas que je ne suis pas amateur d’une bonne bière de temps à autre) soit le meilleur moyen de réussir mon défi. Je ne parle même pas des boîtes de nuit.

Mon objectif est donc de me concentrer sur les endroits, les évènements et environnements où rencontrer ce type de personne devient possible, voire hautement probable. Charge à moi par la suite de mettre à l’épreuve mes compétences relationnelles pour réussir mon défi. 

Voilà comment je compte m’y prendre : 

 

L’importance de la culture 

 

Arriver dans une nouvelle ville ou se faire un réseau en partant de zéro nécessite selon moi une adaptation. En fonction des personnes que vous voulez rencontrer et de vos objectifs, assurez vous de rassembler le plus d’informations possibles sur la culture de ces dernières. 

Les personnes que vous souhaitez rencontrer ont peut être certaines habitudes, une certaine vision et par conséquent des lieux/moments propices pour les rencontrer. Par ailleurs il existe probablement un ou plusieurs sujets qu’il est intéressant de connaître et/ou maîtriser car souvent abordé(s) lors des conversations. 

Prenons l’exemple de villes françaises (je vais tenter de me faire le moins possible d’ennemis dans les phrases qui vont suivre… 😀 ). Si vous arrivez à Toulouse, il devient intéressant de maîtriser les bases de l’actualité du rugby. Idem pour le foot dans des villes comme Marseille, Lyon, Paris… Bon, j’admets que le foot est un sujet de conversation récurrent où que vous soyez en France. Mais le principal est de saisir l’idée. La Feria de Nîmes est un événement de premier ordre. Les plats traditionnels, la musique, l’histoire du lieu où vous vous trouvez joue toujours un rôle important dans les relations que vous allez tisser

La Belgique :

Pour aller plus loin, voilà ce que j’ai appris sur la Belgique. Commençons par les sujets les plus “clichés”. La ville de Bruxelles – et la Belgique en général – est connue pour sa bière, les frites et le chocolat. Les belges sont assez fiers de leurs bières, il faut dire qu’elles sont particulièrement bonnes… Aussi, en anglais les frites se disent “French Fries” soit littéralement les “Frites Françaises”. Il existe cependant une controverse quant à l’origine véritable des frites. Sont-elles belges ou française ? Si le but n’est pas de trancher ici l’origine des frites, je peux affirmer qu’en Belgique existe une véritable institution que sont les Friteries. À tel point que les fast-foods (type MacDonald, KFC etc.) sont beaucoup moins répandus qu’en France. 

Au delà du simple fait d’enrichir sa culture, je pense sincèrement que connaître ce genre de petits détails peuvent faire la différence lors de conversations. 

Les informations (vraiment) importantes 

Connaître (une partie, j’en ai conscience) la culture généralement admise ne suffit pas lorsque qu’on souhaite rencontrer un certain types de personnes. C’est pourquoi je me suis attardé sur des détails correspondant aux personnes exceptionnelles que je veux rencontrer. Egalement dans le but de me construire un véritable réseau

  • Les horaires de travail : Au sein de la capitale (en tous cas là où je vais travailler), la culture est de se lever tôt et d’arriver au travail en conséquence. Ce qui signifie cependant un départ assez tôt par rapport à la France – aux alentours de 17 heures -. Permettant la pratique d’autres activités (sportives par exemple) et bien sûr – d’afterworks. Vous voyez où je veux en venir j’en suis sûr 😉
  • L’importance de la voiture de fonction : À Bruxelles, la quasi-totalité des cadres ont une voiture de fonction. Même pour les métiers n’en n’ayant aucune utilité professionnelle. Il s’agit d’une spécificité culturelle. Beaucoup de personnes sont donc attachés aux belles voitures et à l’entretien de ces dernières. Il faut voir le centre d’affaires (l’équivalent du quartier de La Défense à Paris) aux heures de pointes. Je compte donc parfaire mes connaissances sur ce sujet (oui, je n’y connais rien en voiture). 
  • Le vélo : Pour ceux ne se déplaçant pas en voiture, il existe bien sûr le réseau de transport en commun qui est bien développé. Mais les habitants de la Belgique ont de manière globale plus le réflexe du vélo que les français. Notamment pour des raisons de conscience environnementale. Sur ce point là ça tombe bien, je me sens également très concerné… 
  • La Capitale Européenne : Bruxelles est implicitement la “Capitale Européenne”. (Je précise implicite car aucune décision n’a été prise quant à désigner explicitement la ville qui sera la capitale européenne). Elle n’en est pas moins une ville extrêmement internationale. Par conséquent, un mélange de culture y est présent. Une conscience de l’Europe et de ses enjeux sont important et bien sûr, la maîtrise de l’anglais y est indispensable. 

Drapeau Européen dans la capitale Européenne

Si vous avez appris certains détails sur la culture en Belgique et que ces derniers ne vous sont a priori d’aucune utilité pour vous faire un réseau, je pense que cela permet de comprendre la démarche à adopter vis à vis de la culture. Il est hautement probable que si vous vous y intéressez, et que vous vous en servez, vous aurez les premières clés pour vous faire un réseau.

 

Votre travail 

 

Bien sûr, je ne parle pas de “proposer un verre aux collègues avec qui vous avez des affinités”.

En revanche, quel que soit votre travail, il y a fort à parier qu’un éco-système existe autour de l’entreprise (ou l’administration) dans laquelle vous vous trouverez. Mais qu’est ce que j’entends par “éco-système” ? Je suis ravi que vous posiez la question ! Je pense notamment à tout ce qui gravite autour de votre travail.

On pense facilement aux collègues. Mais quid de vos managers ? Des autres services ? Des fournisseurs ? Vos clients ? Les concurrents de votre entreprise ? Des clubs liés à certaines professions (je suis sûr qu’il en existe liés à votre profession) ? Des associations ? Vous êtes vous intéressés aux réseaux d’affaires professionnels type BNI

Vous l’aurez compris, la liste est longue et celle que je viens de proposer n’est même pas exhaustive. 

Les parties prenantes

Personnellement, j’espère pouvoir mettre à profit les premiers contacts que j’aurai au sein de l’environnement de mon travail. Cela passe bien sûr par ce que j’ai exposé plus haut. Il faut également savoir que Bruxelles est une ville où beaucoup de VIE sont présents. De ce fait, certaines réunions et évènements sont organisés avec ces derniers et je compte bien y participer. 

Le monde bancaire étant relativement bien fourni à Bruxelles, ce sera également pour moi un bon moyen de rencontrer du monde au travers de différents clubs et d”associations. 

Les évènements

Je suis certain que votre entreprise, vos clients, vos fournisseurs etc. organisent des évènements de manière récurrente tout au long de l’année. Des inaugurations, des lancements de produits, des réunions d’informations, des séminaires et j’en passe. Pour se faire un réseau, il faut à tout prix se montrer à ce genre d’événement. 

Attention, parler et échanger avec les personnes que vous connaissez déjà peut être intéressant. Mais il ne faut pas passer 100% de votre temps avec eux ! Allez vers des personnes que vous ne connaissez pas, discutez, échangez vos cartes/numéros… Sortez de votre zone de confort ! Si cela ne vous est pas naturel, fixez vous un objectif ! La prochaine fois que vous irez à une inauguration, prévoyez un nombre de nouvelles personnes à qui parler, et tenez vous y ! 

 

Les évènements immanquables 

 

En dehors de votre milieu professionnel, sont organisés des évènements que je qualifie “d’immanquables” dans la ville où vous vous trouvez. Quelle que soit sa taille.
Il n’est bien sûr pas question d’évènements touristiques (quoi que). Je parle ici des évènements en lien avec les objectifs que vous vous serez fixés comme expliqué plus haut.

Faites une liste des évènements auxquels il y a de forte chance que les personnes que vous souhaitez rencontrer se trouvent. Forcément, si votre objectif est de se faire un réseau dans un but professionnel, il y aura un lien fort avec l’éco-système comme nous l’avons vu ci-avant. 

Les conférences 

Si vous êtes passionné par un sujet un peu technique, il est probable que vous vous soyez déjà rendu à une conférence/présentation. Ce type d’évènement, même si on peut penser qu’il s’agit de présentations très “descendante” (sans échange mais plus comme un cours magistral), est très enrichissant d’un point de vue social ! Arrivez un peu avant, profitez des pauses et bien sûr, restez après que la/les conférencier(s) aient terminé.

Tout d’abord, parce que cela vous donne une chance de parler avec eux. Soit des experts d’un domaine (qui vous intéresse qui plus est) ! Et puis qui sait, peut être qu’ils feront partie de votre réseau ?!
L’intérêt premier reste cependant le fait de rencontrer des personnes qui ont la même passion que vous ! Il y aura forcément d’autre personnes motivées à rencontrer du monde. Particulièrement celles qui seront comme vous arrivées en avance oui qui resteront à la fin

 

Bonus : Vos passions 

 

La peinture comme passion

Je ne suis pas un fan de peinture, je trouvais juste l’image jolie… 😉

Je ne pouvais pas finir cet article sans parler des passions. Finalement, quoi de mieux que de rencontrer des personnes qui partagent nos centres d’intérêts, voire nos passions ? Tisser des liens devient très facile et se faire un réseau peut aussi passer par là. 

Donc allez-y, même si votre passion est un sport ou une activité solitaire, allez rencontrer du monde qui la partage. Lors de cours, d’exposition, d’évènements, sur des groupes Facebook ou des forums… Les moyens sont divers et variés et il y a beaucoup de personnes organisant des choses autours des passions. 

 

C’est la fin de cet article. J’espère qu’il vous a plu, et qu’il vous sera utile. N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé. Si vous avez des remarques ou que vous n’êtes pas d’accord, faites le moi savoir ! Le partage est l’échange sont les clés pour avancer ensemble 🙂 !

 

Recherches utilisées pour trouver cet article :

Se construire un réseau, développer son réseau, Comment rencontrer du monde, Comment se faire des amis, nouveau dans une ville, nouvelle dans une ville, booster sa carrière, rencontrer des professionnels 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3 réponses

  1. Marie Godard dit :

    C’est vrai qu’il est important de s’ouvrir à toute opportunité pour se faire du réseau ! Même si on est de nature un peu introverti, on s’oblige un peu au début, puis on est content d’avoir rencontré des personnes intéressantes 🙂

    • Guillaume Jouvencel dit :

      Je partage à 100%
      Fut un temps, rien ne m’effrayais plus que d’aller à la rencontre des autres, surtout des personnes du sexe opposé… Mais une fois passé la peur, c’est que du bonheur ! Et ça ouvre à de belles opportunités 🙂

  2. Victor dit :

    Cet article est très intéressant, car je pense que trop de gens néglige le fameux temps d’adaptation dont tu parles, et pense simplement qu’en sortant au bar cela suffira…ce n’est pas tout à fait le cas !
    Merci pour ce que tu écris là !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir gratuitement mon livre "6 techniques pour améliorer votre communication dès aujourd'hui" :)