Rejoignez moi sur mes réseaux sociaux, et sur ma chaine youtube !

La critique, le meilleur moyen pour se faire des ennemis !

Améliorez votre communication et apprenez à développez votre réseau !

La critique, le meilleur moyen pour se faire des ennemis !

Dispute d'oiseaux se critiquant à leur manière

Critiquer, qui n’a jamais été pris d’une envie (a priori) irrésistible de pratiquer cet art ? Par nature, nous avons tendance à nous focaliser sur ce qui nous déplait chez les autres. Nous adorons nous adonner à la critique. Même le plus petit détail négatif attire d’avantage notre attention que toutes les choses positives que l’on peut trouver chez une personne. Ça vous dit quelque chose ? 😉

D’où cette prédisposition à la critique plutôt qu’au compliment ou à la tolérance et à l’explication. Je ne pense pas seulement à la critique directe, mais également à la critique d’une personne n’étant pas physiquement présente. Aux ragots ou encore toutes les formes de commentaire négatifs sans objectif d’amélioration

Vous l’aurez compris, le but de cet article n’est pas de vous donner des astuces pour vous faire des ennemis. Nous allons au contraire voir à quel point la critique est néfaste. Puis trouver des alternatives pour améliorer sa communication :)
Autrement dit : Comment faire pour ne plus céder aux facilités de la critique ? Et faire en sorte de comprendre, de guider voire d’aimer !

 

Pourquoi critiquons nous les autres ?

 

S’il paraît si évident que la critique n’apporte rien de bon, pourquoi ne peut-on pas s’en empêcher ?  Il doit bien y avoir une satisfaction quelconque à agir ainsi ! En fait, il existe un bénéfice émotionnel à très court terme. Et c’est bien connu, les émotions prennent souvent le pas sur la logique

  • Critiquer pour se sentir supérieur :

La critique est extrêmement facile à exprimer. Il s’agit de notre “meilleure arme” lorsque quelqu’un brille plus que nous. Ou connait un succès que l’on aurait aimé atteindre. Rien de mieux alors que d’exprimer une critique pour rabaisser immédiatement la personne, et ainsi de la faire paraître “moins brillante” à nos yeux. On se sent humilié si l’on n’arrive pas à trouver une raison pour laquelle cette personne n’aurait pas du atteindre ce succès ou briller plus que nous. 

Critiquer va donc nous permettre temporairement de nous sentir supérieur. Ce qui est intéressant, c’est que l’on se juge d’une manière tout à fait différente lorsque qu’il s’agit de notre cas personnel. On a tendance à être beaucoup plus tolérant et généreux quant à nos succès/échecs voire nos défauts

La jalousie est un excellent “moteur” à critiques. Elle nous pousse également à vouloir nous sentir supérieur

  • La critique comme réflexe quand une personne n’a pas les mêmes capacités que nous.

Il est très difficile de ne pas juger voire de critiquer lorsque l’on maîtrise parfaitement un sujet. Ceci surtout, quand ce n’est pas le cas pour notre interlocuteur. Les personnes hautement qualifiées et organisées ont peu de tolérance vis à vis de ceux qui ne possèdent pas les même qualités. Lorsque ces dernières font mal une chose ou le font autrement, une envie irrépressible les prend de les corriger et de les critiquer. Nous agissons ainsi sans prêter attention à l’apprentissage ou au fait que nous aussi, nous sommes passés par là. 

Le fait est qu’en grande partie, ces personnes hautement qualifiées ont elles aussi été sévèrement jugées et critiquées lors de leur apprentissage. Le réflexe est donc de reproduire ce comportement

  • Critiquer pour mettre de la distance avec les autres.

Nous sommes tous naturellement et de manière inconsciente effrayés par le fait d’être blessé et déçu par les autres. L’un des mécanismes de défense est donc de créer une distance, tout particulièrement avec ceux que l’on aime et affectionne. Nous sommes d’ailleurs de manière générale, beaucoup plus tolérants et positifs envers de total étrangers, qu’envers nos proches en ce qui concerne la critique. 

En critiquant et en pointant les défauts de l’autre, on créer une distance et on se protège émotionnellement. Mais il y a un effet pervers qui est qu’on a beaucoup plus de chance d’être déçu et blessé par les personnes qu’on a critiqué, que par celles qu’on complimente… 

 

La critique, le meilleur moyen de pousser les autres à vous détester !

 

La critique ressort souvent pour ne pas dire tout le temps comme l’un des pires obstacles à la communication. Elle est d’ailleurs définie comme le premier des 4 chevaliers de l’apocalypse de la communication par John Gottman. Même si le nom de sa théorie peut paraître loufoque, il est intéressant de comprendre ce qu’il entend par là. John Gottman est un psychologue américain qui a effectué de nombreux travaux dans le domaine du mariage “durable” et de la communication dans un couple.

Pour lui, la critique est la pire chose que vous puissiez faire lorsque vous communiquez. (Il s’intéresse principalement au couple, mais on comprend que cela s’applique à l’ensemble de nos relations). Il explique qu’une personne critiquée va se sentir rejetée, blessée et surtout dévalorisée. 

Dispute de couple

Ce dernier sentiment est l’un de ceux qu’on veut éviter à tous prix, car il heurte directement notre amour propre et notre estime de soi. Il y a peu de chance qu’une personne que vous critiquez ouvertement éprouve des sentiments positifs à votre égard à long terme. En fait, c’est tout l’inverse qui risque de se produire ! 

Parmi l’ensemble des réactions néfastes qui découlent de la critique, on retrouve la critique elle même ! Le fameux “Retour à l’envoyeur”. A ce moment, l’échange entre dans un cercle vicieux de remarques négatives et de critiques. Dans cet article, j’explique à quoi les compétences relationnelles servent selon moi. Si vous deviez commencer par une seule action pour les développer, ce serait d’arrêter la critique sous toutes ses formes

 

La critique la plus justifiée du monde n’aura pas l’impact voulu

 

Vous est-il déjà arrivé d’avoir les meilleures intentions du monde et de pointer le défaut de quelqu’un ? Dans le but bien sûr, de lui faire prendre conscience de ce dernier, et de l’amener à s’améliorer ? Une critique, même formulée dans l’intention de faire réagir notre interlocuteur pour qu’il modifie son comportement, n’aura pas l’effet escompté. Ceci est lié aux raisons évoquées plus haut. 

Dans la plupart des cas, la critique aura pour effet de mettre votre interlocuteur “sur la défensive“. Éventuellement, ça le poussera à se justifier mais le ressentiment qu’il aura sera de s’éloigner le plus rapidement possible de vous. Au final, l’effet désiré de correction n’aura pas lieu, ou de manière très imparfaite.

En fait, cela dépendra de la personnalité de votre interlocuteur. La théorie des États du Moi fait notamment la démonstration des types de personnalités que les individus ont lorsqu’il s’agit de communication. La critique est l’affaire du Parent Critique qui juge, émet des normes et évalue ce qui est bien et ce qui ne l’est pas. Il ne s’agit pas de la typologie de personnalité qui communique le mieux, de par sa dimension critique. L’objectif de cet article n’est pas d’expliquer les principes des États du Moi. Si cependant elle vous intéresse, voici un excellent article du blog Oser Changer, qui en fait une analyse poussée. 

 

Mais alors, comment faire sans la critique ?

 

Si vous suivez ce blog depuis maintenant quelques semaines (sinon, bienvenue 😀 ), vous savez que l’objectif de mes articles est de vous apportez des conseils applicables dès la fin de votre lecture. Et pas de seulement de faire un état des lieux ou un constat. Maintenant que nous avons posé les bases de ce qu’est la critique et de ce qu’elle entraine, intéressons nous à comment faire sans elle

  • Commençons par nous corriger nous même

Confucius disait “Ne te plains pas de la neige qui se trouve sur le toit du voisin quand ton seuil est mal-propre”. 

On juge facilement les imperfections et défauts des autres. Ils sont identifiables et la critique est facile. Comme nous l’avons vu plus haut, on a d’ailleurs tendance à juger les autres beaucoup plus sévèrement que nous même. Et si avant de critiquer les défauts de chacun – notre partenaire, nos amis, nos collègues de travail – on se remettait en cause ? Posons nous la question de ce que nous faisons mal, ou de nos défauts. Prenons la pleine mesure de ce que – notre partenaire, nos amis, nos collègue de travail – pourraient nous reprocher, mais se gardent bien de le faire. 

On se rend compte que la liste peut être longue. Tout le monde gagnerait à ce que l’on s’améliore soi-même chaque jour. Qui sait… Peut être que certains des aspects que nous n’aimons pas chez les autres, proviennent de leurs manières de réagir à certains de nos défauts… Est-il possible que votre patron vous reproche souvent d’être laxiste parce que vous n’arrivez “que” 5 minutes en retard ? Peut être que votre partenaire est de plus en plus facilement irrité(e) et virulent(e) parce que vous ne participez pas aux tâches ménagères ? Ce ne sont bien sûr que des exemples. 

Smiley souriant au milieux de smiley négatifs

  • Ne critiquez pas, dites tout le bien que vous pensez de chacun

Le négatif entraine le négatif. C’est le principe du cercle vicieux. Mais l’avantage est que l’inverse est également vrai ! Le positif entraine le positif ! De la même manière, vous intéresser aux autres va vous rendre intéressant (je développe ce mécanisme dans cet article), être positif et dire du bien des autres vous fait entrer dans un cercle vertueux de positivité

Une fois que vous vous êtes corrigé vous même, passez au niveau supérieur ! Et dites du bien des autres ! Vous n’imaginez pas le pouvoir que cela aura sur vous.

Daren Hardy est un spécialise du développement personnel, d’abord aux États Unis et aujourd’hui partout dans le monde. Dans son livre L’Effet CumuléBest Seller que je vous recommande fortement de lire, il explique une expérience qu’il a tenté avec sa femme. Il part du constat que dans un couple, on a tendance au fil du temps à identifier et à reprocher les choses qui nous déplaise chez l’autre. La routine s’installant, l’excitation du début ayant laissé place au quotidien… Un cercle vicieux très léger prend alors place, et on fait moins d’efforts, moins de surprises etc. Fort de ce constat, Daren Hardy trouve une idée de cadeau incroyable pour le prochain Noël. Un livre, dans lequel il aura écrit chaque jour pendant 6 mois, 1 chose qu’il aime chez sa femme. 

Non seulement ce cadeau a été “le plus beau que sa femme ai jamais reçu”, mais il a aussi complètement changé la relation qu’ils entretenaient. La “flamme” a été ravivée et ils sont devenus plus complices qu’ils ne l’avaient jamais été. Depuis, ils se réservent un soir par semaine (non négociable) en amoureux. Ils se disent les choses qu’ils apprécient chez l’autres, qu’ils ont aimé durant la semaine et celles qui peuvent être améliorées

Ce n’est pas de la fiction, ce n’est pas une “situation idéale”, c’est simplement un moyen trouvé par un couple pour mieux communiquer. Basé sur tout le bien qu’ils pensent de chacun, et non l’inverse. Ce qui est bien, c’est que les compliments, ça plait à tout le monde ! Pas seulement à votre partenaire 😉 

  • Ne condamnez pas, essayez de comprendre

Si le compliment est une arme redoutable pour améliorer vos relations avec les autres, l’empathie en est une également. Quoi de mieux pour améliorer vos relations, que de se mettre à la place de vos interlocuteurs ? De tenter de comprendre ce qui les motive, la raison de leurs actions et de leurs comportements ? 

Je peux vous assurer que prendre ce réflexe va grandement influencer la manière que vous aurez de voir les autres, et donc de les juger. Lorsque vous adopterez la position de la personne que vous auriez critiquée, elle va le sentir. Elle sera ainsi plus disposée à échanger avec vous et éventuellement, à gommer ce défaut ou imperfection que vous pointiez. 

De plus, l’empathie va vous permettre d’adopter un point de vue auquel vous n’auriez peut être pas pensé. Cela va favoriser vos réflexions et augmenter votre tolérance. Ça ne peut pas faire de mal, non ? 

 

Comment mieux communiquer au quotidien ? 

 

Conversation et échange positif

 

Pour finir, voyons les mécanismes qui peuvent être utilisés pour votre communication de tous les jours : 

  1. Ne donnez pas d’ordre, posez des questions : Les (bons) managers le savent. Personne n’aime se sentir dévalorisé. Donner un ordre (en tant que parent, chef d’équipe, manager), manifeste une position de supériorité. Tout le monde sait qu’il faut obéir à son manager, à ses parents ou à la personne qui a été choisie comme chef. Mais personne n’aime recevoir d’ordre. Au lieu de dire “Va t’occuper de ce client.”, dites “Est ce que tu peux prendre en charge ce client ?”. Au lieu de dire “Débarrasse la table !”, dites “Est ce que tu peux débarrasser la table ?”. Ça vous parait bête ? Essayez, vous verrez. Vous pensez que ça va vous décrédibiliser et affaiblir votre autorité ? Au contraire, ça va la renforcer, ainsi que votre légitimité
  2. Comprenez, ne critiquez pas : Nous l’avons vu, la critique est facile est l’empathie demande plus d’effort. Mais est ce que cela vous coûte vraiment plus ? Ne réagissez plus à chaud. Ne dites plus “Ce que tu as fait es mal !”, demandez “Pourquoi as-tu fait ça ?”. Tentez de réellement comprendre. Si la justification ne vous convient pas, expliquez en quoi, puis guider vers une meilleure façon de faire
  3. Faites des compliments, puis expliquez ce qui peut être amélioré : C’est une technique relativement connue du “Faites 5 compliments pour 1 reproche”. En fait, il s’agit d’un dérivé du Ratio de Losada ou encore du Critical Positivity RatioJe vous ai laissé des liens pour aller plus en détail si vous le souhaitez. Mais l’idée générale appliquée au domaine de la communication est qu’il faut, lorsqu’on veut corriger un défaut ou une erreur chez une autre personne, la complimenter dans un premier temps. Le nombre de compliments avant un reproche varie selon l’approche. Mais l’idée est là, félicitez d’abord la personne pour ses résultats et encore mieux : pour ses efforts et ses qualités. Puis abordez avec elle les points que vous souhaiteriez voir améliorés. L’utilisation du 2. est également utile ici. 
  4. Si vous devez jugez, jugez les actes. Pas les personnes : “A force d’entendre qu’il était stupide, il a finit par le croire”. Cette phrase vous dit quelque chose ? C’est parce qu’elle est lourde de sens. Si vous répétez à une personne qu’elle est stupide, elle va finir pas le croire. Mais encore une fois, l’inverse marche aussi. Dire “Tu es stupide.” ou “Ce que tu as fait est stupide.” est diamétralement opposé. Dans l’une, vous jugez la personne. Dans l’autre, vous jugez ses actes à un moment donné. On change facilement sa manière de faire. Il est beaucoup plus difficile de changer qui l’on est. 

 

J’aimerais finir cet article sur la critique par une citation de Dale Carnegie, auteur du best-seller mondial “Comment se faire des amis”. Il s’agit d’une traduction un peu bateau de sa version anglaise “How to win friends and Influence people”. Ce livre paru pour la première fois en 1936 est un grand classique du développement personnel et de la communication. Je vous le recommande chaudement. 

“Dieu lui même ne veut pas juger l’homme avant la fin de ses jours, de quel droit le ferions nous ?” Dale Carnegie. 

 

C’est la fin de cet article. J’espère qu’il vous a plu, et qu’il vous sera utile. N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé. Si vous avez des remarques ou que vous n’êtes pas d’accord, faites le moi savoir ! Le partage est l’échange sont les clés pour avancer ensemble 🙂 !

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une réponse

  1. […] traite des relations humaines en général. Je vous invite d’ailleurs à lire son article “La critique, le meilleur moyen pour se faire des ennemis !”. Cet article illustre un moment rompu du cycle du […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir gratuitement mon livre "6 techniques pour améliorer votre communication dès aujourd'hui" :)